Sifnos - jour 11 : Dernier jour sur Sifnos, monastères du centre puis cap au nord

21 août 2013

Sifnos - jour 11 : Dernier jour sur Sifnos, monastère du centre puis cap au nord

  • Agios Andreas
  • Agios Minas
  • Agios Siméon en passant par Kamares
  • Plage de Vroulidia
  • Plage de Kamarès
  • Coucher de soleil à l'église d'Agios Giorgios à Chéronissos


Evidemment, ce matin on récupère, on prend notre temps.
Nous partons pour une journée cool : jolis monastères, points de vue sur Sifnos, baignade et beau coucher de soleil en perspective.


Monastère de Vrissi, pour commencer, de l'extérieur uniquement
Nous gagnons en voiture le monastère d'Agios Andréas, perché au sommet de la colline qui surplombe l'est et le sud de Sifnos. L'église est située sur une ancienne acropole romaine de l'époque mycénienne (13ème s. av JC) dont il reste aujourd'hui les vestiges (les anciens remparts doubles sont encore bien visibles). Très beau panorama.


Le Profitis Ilias en toile de fond



Bon, ça reste de la vieille pierre au raz du sol !



Apollonia à gauche, et Kastro en face, au loin



Puis nous gagnons la baie de Kamarès qui est décidément très agréable (au passage, récupération dans une agence d’Apollonia des billets pour notre traversée Sifnos-Milos).
A droite du petit port de Kamarès, le front de mer est bordé, au delà de la belle plage de sable blond, de petites résidences et d’hôtels à taille humaine et de terres cultivées.





Nous quittons pour l’instant Kamarès par une petite route qui s’élève vers le nord au dessus de la baie en direction de Chéronissos. 


Pigeonnier peuplé

Belle baie de Kamarès



Quelques kilomètres plus loin, nous quittons la route principale sur la gauche par une route secondaire étroite et très raide qui monte en lacet jusqu’au monastère d’Agios Siméon. Le suzuki s'accroche à la pente !




Agios Siméon

De là-haut, la vue est superbe sur la baie de Kamarès, en plongée sur plus de 450 m (463 exactement !). Impressionnant. Ce petit monastère perché, inhabité aujourd’hui, est vraiment pittoresque et rien que pour la vue, il vaut le détour. 







Sur la crète, à 1 km à vol d’oiseau, domine également le monastère isolé “Profitis Ilias”, second du nom sur l’île de Sifnos.




Le graph' de pope, c'est assez épuré (et naïf)

Nous reprenons la route en direction de Chéronissos, et presque 2km après Troulaki nous quittons la route par une piste vers la gauche en direction de la crique de Vroulidia (c’est indiqué). La piste est plutôt bonne, mais les dernières centaines de mètres sont très raides… plutôt déconseillé avec une voiture normale. Mais en bas, la très belle crique de galet et ses eaux pures nous attendent. Un potier, une petite taverne, ambiance familiale. Nous pique-niquons tranquillement au bord de l’eau et profitons du paysage, mais nous n’avons pas envie de nous baigner à cause des cailloux qui sont vraiment très présents.




Vroulidia
Alors nous décidons de retourner jusqu’à Kamarès, croisant au passage un grand troupeau de chèvres. Avec ses petites routes montagneuses, ses falaises, ses vues plongeantes sur la mer et son côté rural, Sifnos a parfois un petit parfum de corse bien agréable :)
Nous restons un bon moment sur la plage de Kamarès bordée de tamaris, très familiale et tranquille, dominée par la petite église d’Agia Marina. En pente douce, l’eau y est vraiment bonne.






Une demi-heure avant le coucher de soleil, nous reprenons la route de Chéronissos où nous comptons aller dîner. Beaux points de vue au passage sur le petit village de Troulaki et sur les collines vallonnées du nord de l’île, teintées de miel par le soleil couchant.







Nous laissons le petit port de Chéronissons dernière nous, et prenons la petite piste qui continue en direction de l’église d’Agios Georgios. Quelques familles ont eu la même idée que nous : profiter des derniers rayons de soleil dans ce coin sauvage, mais cela ne gâche pas notre plaisir.











Je me demande comment peuvent pousser ces orchidées cyclamens (merci André pour la correction !) dans la sécheresse du maquis.
On se pose près de l’église, sentinelle face à la mer, et le ciel prend feu sous nos yeux…..








Nous revenons à Chéronissos et nous garons sur le parking au dessus du petit port, puis descendons jusqu’à cette jolie baie blottie au fond d’un grand bras de mer. Quelques bateaux de pêcheurs, deux tavernes, ambiance bout du monde que nous affectionnons particulièrement ! Pour continuer les références à la Corse, un petit air de Centuri dans ce coin, en plus petit et isolé.





Nous assurons rapidement notre place à la taverne de poisson, apparemment tout simplement nommée “Chéronissos” dont les petites tables sont presque posées sur l’eau :)
Magnifique emplacement !






Et là, immense déception……………. je rêvais de manger dans ce cadre des pâtes à la langouste…. Mais il n’y a plus de langoustes !!!! Il aurait fallu réserver….. Bon, on se repositionne, ce sera pour une autre fois, et on ne va pas se gâcher le plaisir de dîner dans un si beau cadre. Nous choisissons en cuisine un barracuda pour deux que nous mangerons grillé (vraiment excellent). Moussaka délicieuse pour Léa, keftedes à la viande pour Valentin...Crise de rire avec le premier plat de val, que nous avons pris pour une sauce en accompagnement de nos entrées ! On a encore des progrès à faire dans le déchiffrage des cartes grècques… ! Très bonne cuisine familiale dans cette taverne.








Après ¾ d’heure sur les petites routes sinueuses de l’île, nous arrivons à Fassolou.
Douches et dodo pour nos 2 grands, puis Audrey et moi allons siroter quelques mojitos au petit bar de la résidence, préparés avec une immense application par le mari de Jenny (Tassos, je crois). Nous finissons ainsi la soirée, à discuter de tout et de rien avec notre couple d’hôtes.
Une dernière soirée sympa sur Sifnos !





Revenir à la feuille de route ou aller au jour suivant :)



2 commentaires:

André Cottier a dit…

Bonjour,
Je constate avec joie que vous appréciez aussi cette belle île de Sifnos
Nous y sommes allés déjà six fois et ne nous en lassons pas. Il y a tant d'endroits à visiter que nous devons impérativement y retourner, ceci d'autant plus que depuis deux années, des enthousiastes de l'île éditent maintenant un magazine admirablement composé, nous donnant des détails sur le pays que nous ne trouvions pas jusque là.
Ceci mix à part, la fleur que vous avez dénichée à Cherronissos, plus précisément près de l'église Aghios Georgios, se nomme cyclamen, et il ne s'agit pas d'une orchidée. Je n'ai pas de mérite de le savoir, mais je suis passionné de botanique.
Alors, bons futurs voyages et meilleures salutations.
André Cottier
1805 Jongny /Suisse

Fab a dit…

Cher André,
Je vous remercie pour votre message, et pour cette lecture attentive :-)
Je m'en vais de ce pas réaliser la correction.
Je me suis fait berner par la forme de la fleur, mais effectivement avec le recul et votre réponse, je conçois que les orchidées n'ont pas grand chose à faire dans cet environnement sifniote !
Bonnes balades sur Sifnos et au plaisir de vous lire
Fabrice