Birmanie : Impressions et conclusion du voyage


Impressions et conclusion de ces trois semaines en Birmanie



Un peu plus de trois semaines, pour toucher du doigt ce pays contrasté et approcher son peuple, admirer ses visages, survoler ses temples, découvrir ses marchés, se faufiler dans des grottes sombres, nager dans le golfe du Bengale...






Nous avons aimé ce voyage, beaucoup, mais sommes revenus avec, pour la première fois, le sentiment que nous n'y retournerons peut-être pas.
Les grottes et rizières de Hpa An, les temples de Bagan et Mrauk-U au soleil couchant, les forêts de stupas multicolores dans la région du Lac Inle, les ethnies du marché des cinq jours, les nuances turquoises de l'océan du côté de Ngapali, la beauté du temple U Na Auk le long de la Thanlwin river, les sourires timides des Birmans...
Nous avons vécu tellement de moments exceptionnels lors de ce voyage.








Alors quoi ? Un certain manque de charme ? Le sentiment de ne pas toujours être à notre place, comme à Mrauk-U ? le manque de spontanéité et de liberté dans les relations....?
Ce pays a souffert et souffre encore, des régions entières ne sont toujours pas ouvertes au monde extérieur, et certaines sont même bien cachées de nos regards comme le nord de l'Arakan où les Rohingyas sont massacrés par milliers.
La population birmane souffre de ces années de fermeture et de repli sur soi, le manque d'entretien, la saleté, le dénuement sont souvent frappants. Mais nous ne jugeons jamais un pays à son niveau de développement.








La nature n'y est pas particulièrement belle dans les régions que nous avons traversées, bien que nous ne pouvons que louer les paysages magnifiques du Lac Inle ou de la campagne de Hpa An.
La répétition de certains styles architecturaux amène une certaine lassitude, mais pourtant comment ne pas s'extasier devant les stupas d'Indein ou du lac Sangkar, les milliers de temples de la plaine de Bagan, la sublime pagode Shwedagon la nuit tombée ?












Voilà, c'est ce que nous avons ressenti, ces contrastes si difficiles à expliquer.
Un voyage superbe, des moments exceptionnels ! Et une certaine réserve, car pour chaque point positif, pour nous il existe un "mais"...




A bientôt pour un prochain voyage....


Revenir à la feuille de route





Birmanie - jour 23 : Yangon - Circular train et derniers reflets


Vendredi 3 février

  • Circular train : immersion dans la banlieue de Yangon
  • Holy Trinity Cathedral
  • Marché Bogyoke
  • Déjeuner au "999 Shan noodle" restaurant
  • Pagode Kyauk Htat Gyi (immense bouddha couché)
  • Pagode Nga Htat Gyi (bouddha sculpté en bois)
  • Tour du Lac Kandawgyi, superbes vues sur Shwedagon Pagoda au soleil couchant
  • Dernier repas version street food dans Chinatown
  • Retour au Shwe Yo vintage hostel
  • Transfert à l'aéroport et retour en France






Cette dernière journée du voyage est consacrée à la suite de notre visite de Yangon. Nous avons de la chance, notre vol est à 1h50 dans la nuit, donc nous pouvons profiter largement et faire durer le plaisir.
Cela ne nous empêche pas de nous lever tôt, car nous avons prévu de découvrir une nouvelle facette de Yangon de façon assez insolite : par le Circular train, une sorte de train de banlieue qui dessert tous les quartiers périphériques de la ville et villages alentours en faisant un large boucle d'environ 3 heures pour revenir à son point de départ, la gare centrale de Yangon.
Nous partons vers 7h30 juste après avoir récupérer notre petit déjeuner sous forme de doggy bag (vraiment trop gentils dans notre guest !) et sautons dans un taxi (2000K soit 1,5€ la course) pour rejoindre la gare.


Yangon Circular train, le train de banlieue de Yangon


Donc j'ai lu que le mode de transport est typique, donne une vision de la ville et de ses habitants très originale, les wagons étant quasi exclusivement empruntés par les locaux surtout tôt le matin. Mais le bon plan commence à être connu, aussi nous voulons préserver au maximum l'authenticité de l'expérience et avons choisi le second départ du matin (6h10, ça faisait un peu tôt).
Concernant les aspects pratiques, chaque train de la ligne par alternativement dans le sens des aiguilles d'une montre (de gauche à droite = R sur le plan ci-dessous) ou dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (de droite à gauche = L sur le plan ci-dessous).






Le coût est dérisoire pour nous... les billets (300K soit 0.25€ par personne pour toute la boucle) s'achètent directement sur les quais au milieu de la gare (il faut traverser les quais par la passerelle pour accéder au Circular train).






En effet à cette heure nous sommes presque les seuls "occidentaux", les voyageurs sont des birmans qui vont travailler, rejoignent leur famille...
Le train par à l'heure, nous n'avons aucun mal pour trouver une place assise.
Et il suffit de s'asseoir ou de balader de wagon en wagon pour profiter du spectacle. Rien d'extraordinaire, non, mais une tranche de vie birmane, une dose de vie locale au côté des habitants.










Le train égrène les stations, les voies longent des habitations, immeubles défraîchis ou presque bidonvilles, la pauvreté, le défaut d'hygiène sont criants.










Le train égrène les stations, les voies longent des habitations, immeubles défraîchis ou presque bidonvilles, la pauvreté, le défaut d'hygiène sont criants.



















Les voyageurs nous sourient volontiers, s'installent à nos côtés (à moins que ce ne soit l'inverse), on se dévisage, on se jauge du regard avec bienveillance.
De nombreux marchands ambulants se succèdent certains avec un simple panier, un plateau, d'autres plus organisés avec presque de quoi préparer un repas.












 






































Nous mangeons rapidement le petit déjeuner préparé par le Shew Yo vintage hotel et achetons volontiers "pour goûter" les préparations de ces petits marchands dont nous nous doutons qu'ils ne roulent pas sur l'or : beignets, salade de tofu, œufs, mangues...























Régulièrement le train s'arrête dans des stations où de véritables marchés se sont installés. Les étals vivent au rythme des arrivées et départs du train qui sert opportunément de moyen de transport de marchandises, donnant à voir un spectacle incroyable : chargement/déchargement  de paniers énormes plein de victuailles ou de matériaux, et même des meubles parfois !
Les marchands exploitent la moindre parcelle disponible, à certains endroits les plateaux, à même le sol, sont posés tout à fait au bord des rails...



























Ceux qui montent dans le train sacs et paniers pleins se mettent immédiatement au travail : tri des légumes, écossage...  tout ça dans une ambiance plutôt joyeuse. 
Plusieurs fois les habitants nous adressent gentiment la parole, on poursuit en langue des signes...


















Un papa veut absolument que je prenne sa femme et sa petite fille en photo, une dame veut la sienne alors qu'elle est en train de travailler. Evidemment je ne me fais pas prier.


















Dehors, à mi parcours l'ambiance à un peu changé, le paysage est vert, plus rural, c'est la zone des champs, des cultures, c'est aussi plus agréable à regarder.




























Alors que je me promène dans le train, que je profite des arrêts pour sauter et saisir de nouvelles scènes de vie depuis le quai, une dame s'est installée à côté d'Audrey. Adorable, elle lui parle, lui offre à manger, à boire... et c'est à ses côtés que nous finissons cette grande boucle.













Vers 11h30 nous sommes de retour à la gare centrale.
L'expérience confirme nos lectures, le Circular train est vraiment un moyen parfait pour découvrir la vie des habitants de Yangon, en vivant comme eux l'espace de quelques heures.


Holy Trinity Cathedral


Nous quittons la gare par le sud pour rejoindre Bogyoke Aung San road, à l'angle de laquelle nous découvrons la cathédrale de la Sainte trinité (Holy Trinity Cathedral). Cette très belle cathédrale anglicane, toute en brique rouge, a été bâtie entre 1886 et 1894 et ses vitraux ont été restaurés en 2003. Très ouverte, aérée, elle mérite le détour.















Marché de Bogyoke


C'est LE marché touristique de Yangon, avec ses nombreuses échoppes, du plus typique au plus touristique. On y va plus par curiosité, ceux qui veulent ramener des fringues pas chères ou tout un tas de souvenirs sans trop se soucier de leur provenance devraient être comblés.






De nombreux marchands de bijoux et de pierres précieuses (la Birmanie est un grand pays producteurs de pierres précieuses, notamment rubis, jade, saphir...) proposent leur marchandise dont l'authenticité est vraiment à prouver.... Avis aux amateurs, soyez prudents.
Nous nous contentons d'un bon café birman, et de faire un tour dans les allées.
























Nécessaire à Tanaka





























Puis nous poursuivons à pieds dans les rues de Yangon...



Contraste...




























Déjeuner au "999 Shan noodle" restaurant


... jusqu'à la 34th street non loin de la pagode Sule où nous trouvons sans difficulté le "999 Shan Noodle shop" qui sert paraît-il d'excellent soupes de pâtes à la mode "shan" comme son nom l'indique, pour pas bien cher.







Le restaurant est petit et très animé, un genre de "fast food" de la Shan noodle.
Nous sommes rapidement servis (ravioles, pâtes aux légumes, à la viande, avec différents assaisonnements), et en effet c'est bon et surtout très copieux... (11000K soit 8€ pour deux, 1 entrée, plats et boissons).












Repus, nous quittons le restaurant et remontons vers la Pagode Sule où nous négocions un taxi pour nous amener au nord de la ville (3000K) où nous poursuivons la visite.


Pagode Kyauk Htat Gyi


Situé sur Shwegondaing road, construit dans les années 60, le complexe ne présente pas de grandes qualités architecturales (c'est grosso modo un grand hangard, posé à côté d'un monastère qui ne se visite pas) mais la pagode est surtout connue pour abriter un immense bouddha couché de 70m de long, aux pieds énormes donc les empreintes, les "Buddhapada" sont ornées des 108 "signes bénéfiques" dorés, autour de la roue de la loi.

















Une plateforme à l'extrémité permet d'avoir une vue d'ensemble. 
On a surtout beaucoup aimé ses yeux et ses magnifiques sourcils !













Taxi pour touristes de luxe



Nous poursuivons à pieds, traversons Shwegondaing road et prenons une allée qui nous fait traverser un quartier tranquille. Nous arrivons en haut d'une petite colline où se situe la pagode Nga Htat Gyi.











Pagode Nga Htat Gyi


Dans la verdure et bordée de jolis bâtiments en bois, la pagode a été construite dans les années 30. L'intérieur est assez sobre, vaste espace carrelé sans grand charme, mais le clou de la visite est surtout ce bouddha assis de 14m de haut, magnifiquement sculpté. L'éclairage met bien en valeur les ornementations. La statue daterait du milieu du 16ème s.



























Sa position, avec les doigts touchant le sol, est celle de la "prise de la terre à témoin", très fréquente en Birmanie. 
Nous restons un moment là, presque assoupis, assis face au bouddha, à profiter de la fraîcheur relative procurée par les nombreux ventilateurs.








Nous nous remettons en route et redescendons la colline vers le sud par des ruelles très agréables et tranquilles, aidés par l'application maps.me, pour arriver non loin du lac Kandawgyi.


Fin de journée et coucher de soleil autour du lac Kandawgyi


Nous traversons les allées verdoyantes et relativement entretenues du parc Bogyoke pour atteindre les rives du Lac Kandawgyi, dont le nom, dans toute son originalité signifie "lac royal".












Ce lac, profond de quelques dizaines de centimètres seulement, a été conçu par les britanniques à l’origine pour fournir la ville en eau propre et potable. Il est désormais bordé de jardins et un cheminement original permet d'en faire le tour. Attention, on a testé, c'est assez long ! Mais vraiment agréable car on marche une bonne partie du circuit sur des passerelles et ponts en bois au dessus de l'eau. Certes ça grince un peu et il faut vraiment veiller à l'endroit où l'on pose les pieds car l'entretien laisse à désirer, mais la balade est sympa. Le stupa doré de la pagode Shwedagon se détache en arrière plan.


















Au sud-est du lac on accède à une partie payante où se situe tous les restaurants et un parc aménagé. C'est ici que se situe l'imposant Palais Karaweik dont la forme symbolise l'oiseau éponyme, un oiseau mythique que la famille royale utilisait pour se déplacer sur le fleuve Irrawady. La classe, non ? Nettement moins classe, le "palais" abrite des boutiques, une salle de spectacle et un immense restaurant "de luxe" destiné au vaste public des tours Operators en soif de pseudo culture birmane (formatée et "lissée" comme il se doit par le gouvernement).








Bref chacun son truc et  nous on en profite surtout pour se rafraîchir et boire une bonne bière dans un bar-restaurant au bord de l'eau.
La lumière baisse, nous nous hâtons de rejoindre la partie centrale du lac où une vaste terrasse en bois a été aménagée. Le point de vue y est très agréable, le lac et jets d'eau au premier plan, la pagode Shwedagon au second. C'est tranquille, il n'y a quasiment personne.












Alors nous savourons la pagode s'illuminer alors que le soleil se couche... Le ciel sans nuages est rose orangé, les reflets dorés du stupa teintent la surface de l'eau... Le téléobjectif est de sortie, comme les moustiques qui s'en donnent à cœur joie.












Nous apprécions ce moment, qui sonne comme le point d'orgue de notre voyage : c'est ainsi que la Birmanie a décidé de nous dire adieu, sous le feu  et les ors de la pagode Shwedagon...







Street food et resto dans Chinatown


La nuit tombée, gentiment pressés par les gardiens (le parc ferme à 18h30), nous rejoignons la route et négocions un taxi (3000K) qui nous ramène jusque dans Chinatown .
Nous nous baladons dans le quartier et au détour d'une ruelle tombons sur ce joli "tableau" de rue...








Nous nous dirigeons vers 19th street, très animée, "haut lieu" de la street food dans Downtown, où nous nous offrons notre dernier repas au "Shwe Mingalar restaurant". Les étals de nourriture sont impressionnants, et la bière y est bien fraîche. Le principe est simple : on choisit ce que l'on veut (tout est tarifé à l'unité), brochettes de viande, sea food, légumes, champignons... puis tout est grillé au barbecue et servi accompagné ou non de riz, nouilles.... La nourriture est correcte, on y va surtout pour l'ambiance, c'est assez cher (surtout les produits de la mer) et touristique, mais pourquoi pas !

























Nous finissons cette journée à pied jusqu'au Shwe Yo vintage hostel où nos affaires nous attendent. Nous avons la possibilité de prendre une douche dans les sanitaires communs, ce qui est vraiment très agréable avant le départ et notre long vol retour vers la France.
Nous reposons un moment et vers 22h30 nous quittons la guesthouse en taxi en direction de l'aéroport où nous arrivons sans encombre. 
Les formalités au guichet d'Emirates se déroulent toujours sans l'ombre d'une difficulté et notre avion part à l'heure vers Dubaï où 2h30 d'escale nous attendent avant que nous ne volions à nouveau vers la France.

Ce samedi 4 février après-midi le TGV qui nous ramène de Paris dans notre sud natal contraste tellement avec le Circular train la veille. Les paysages défilent rapidement, pas le temps ici de voir les détails. Comme un symbole.
Les ors et les visages birmans s'estompent derrière les vitres embuées mais restent bien présents dans nos esprits...


Revenir à la feuille de route ou aller à la conclusion