Malaisie - jour 5 : Cameron Highlands, plantations de thé et jungle trek

Lundi 14/07

  • Paysages des plantations de thé
  • Mossy Forest
  • Randonnée par le 9A trail jusqu'à la superbe Boh Tea Plantation

BOH Tea Plantation
Nuit horrible ! Bon, nos matelas ne sont pas terribles (bien moins confortables que ceux de la chambre des enfants), les ressorts dessinent de jolis tatouages sur nos cuisses.... Et surtout, un bruit d'enfer une bonne partie de la nuit à cause de la finale Allemagne-Argentine de la coupe du monde 2014. 11h de décalage horaire avec le Brésil, ça donne début du match à 3 heures du matin en Malaisie. Et pour couronner le tout, l'Allemagne ne s'impose que pendant les prolongations... !


Malgré tout lever à 7h30 et petit-déjeuner rapide, car nous avons rendez-vous à 8h45 au bureau d'Ecocameron.
Accueillis par Kali, notre guide et chauffeur, nous partons dans un vieux Defender avec 3 autres voyageurs.
Ici Land Rover a fait des affaires. Les Ecossais et Anglais arrivés ici à la fin du 19ème siècle s'équipèrent par la suite de Defender pour arpenter la région, et aujourd'hui la zone en compte plus de 9000, toutes générations confondues. Les plus anciens croulent aujourd'hui sous les sacs de thé, et sont marqués CH (pas la Suisse, mais "Cameron Highlands") car ils n'ont le droit de rouler qu'ici (réglementation spéciale dans le coin).
Kali nous confie que son fils savait conduire son Defender 90 à 9 ans, et qu'il a reçu son premier vrai jouet à 18 ans !





En direction du Mont Brinchang, nous traversons les villes de Brinchang et Kea Farm (immondes, toutes les 2, une suite d'immeubles et complexes hideux... mais que viennent chercher ici les touristes ??!!) pour enfin quitter la route principale qui se fait nettement plus étroite, en direction de Sungei Palas Boh Tea plantation.
La végétation se fait également plus dense, et laisse place petit à petit au spectacle magnifique des fameuses plantations de thé.





Kali nous propose un arrêt d'une demi-heure pour admirer le paysage, prendre des photos. Spectacle superbe et apaisant que ces collines ondoyantes vert tendre.... La météo est avec nous.


Kali profite de cet arrêt pour nous expliquer le process de récolte et de fabrication du thé. Sélection manuelle des jeunes pousses pour la "crème de la crème" des thés, à la machine pour le reste, oxydation, séchage, broyage, séparation des différentes "moutures" de thé. Au passage : les différentes couleurs de thé dépendent des feuilles récoltées (les plus fines donnent le thé blanc, le plus cher) et de la durée d'oxydation, mais tout vient de la même plante. 








BOH tea signifie "Best Of Highlands" et la société possède 2 immenses sites de production dans la région. Nous sommes à Sungei Palas tea plantation. La société, créée par l'écossais Russel (fils de son père qui a fait fortune en Inde, dans le thé bien sûr) en 1929 et compte 700 hectares désormais (20 au départ).




Des centaines d'ouvriers agricoles initialement Indiens, mais devenus trop gourmands sur les salaires, ils ont été délaissés pour une main d'oeuvre moins chère et moins regardante sur les conditions de travail provenant du Myanmar (Birmanie), du Bangladesh payée 20 sens le kg (soit environ 5 centimes d'euros....). Sur l'ensemble des sites de production BOH de la région, l'équivalent de 5 millions de tasses de thé est récolté chaque jour.




Le spectacle des travailleurs qui oeuvrent dans des conditions difficiles reste à voir : parfois suspendus à flanc de coteau, ou perchés sur les crêtes des collines verdoyantes. Quand ils n'utilisent pas les machines, ils taillent le thé avec de simples sécateurs équipés de réservoir pour récolter les feuilles.
Ils vivent ensemble, parfois loin de leur famille, regroupés dans de petites cases vertes ou bleues en tôle ou en bois.
Derrière la beauté des lieux, ne pas oublier que la région est aussi le théâtre de l'exploitation humaine, même s'il faut aussi convenir que cela permet de nourrir des bouches...



  

Nous poursuivons notre route jusqu'au sommet du Gunung Brinchang (2032m), qui n'a d'intérêt que pour la vue d'ensemble sur toute la région (très moches relais téléphoniques rongés par la rouille), puis redescendons quelques kilomètres pour partir à la découverte à pied de la "Forêt moussue" (Mossy Forest).

Belle fougère arborescente

Depuis le Mont Brinchang

Kali évite la partie la plus fréquentée de la zone et nous guide pendant environ une heure sur un petit sentier parfois aménagé de quelques planches, parfois escarpé, au milieu d'une végétation étrange digne de certains passages du Seigneur des anneaux.













La mousse part à l'assaut des arbres et de leurs racines, colonise les branchages, créée des sortes de nids où d'autres plantes prennent racine. Formes fantasmagoriques et organiques… La forêt semble bien vivante….







Kali nous fait découvrir au passage de nombreuses variétés de plantes médicinales ou toxiques, vraiment intéressant ! ll nous explique que l'ancien nom de la Malaysie est "Malaya" car elle est en fait le prolongement de la chaîne himalayenne, et qu'elle se situe également sur une plaque qui la relie à l'Australie.




Riches de leurs origines, les forêts primaires malaisiennes comptent des centaines et des centaines d'espèces végétales très diversifiées. Kali n'est pas avare d'explications et nous sommes captivés (je m'essaie à la traduction simultanée pour Valentin). Il connaît bien la forêt qu'il arpentait il y a 25 ans dans son passé de chasseur d'insectes, pour fournir de riches clients et leurs collections privées, ou les musées d'histoire naturelle du monde entier. Aujourd'hui il a pris conscience de la fragilité de la planète, et son discours écologique est empreint d'une grande sagesse....



Nepenthes



Dernière "anecdote", il n'y a pas (ou peu) de moustiques dans les CH : les vallons les plus humides ont été plantés d'eucalyptus venus d'Australie, ils se sont développés et ont contribué à l'assèchement progressifs des zones les plus humides, diminuant ainsi largement la population de l'insecte et favorisant de fait la disparition de la malaria.



Nid de mygale...

Fougère..




En redescendant, nous demandons à Kali de faire un arrêt à un endroit sympa en bord de route où des ouvriers sont en train de travailler.










Dernière étape de la visite à Kea Farm (immonde je le répète) où Kali nous propose de visiter le "Butterfly Garden" (en remplacement de la fabrique de thé de Sugei Palas, fermée le lundi). C'est un mélange de serre et de volière  qui abrite quelques beaux spécimens de papillons, d'insectes et de reptiles de la région, mais hélas l'ensemble est loin d'être bien mis en valeur et les animaux souffrent de conditions de vie peu favorables... On quitte les lieux après  un rapide tour de 30mn, sans regret.





Notre tour prend fin vers 13h30 et après avoir remercié Kali puis réservé notre bus pour Kuala Lumpur le lendemain, nous allons manger un morceau au restaurant indien Kumar situé dans la rue principale de Tanah Rata. C'est plutôt bon et pas cher (66 roupies pour nous 4, boissons incluses), même si les serveurs sont moins avares de sourires quand il s'agit de racoler les passants que quand ils sont au service !

Concernant le programme de l'après-midi, nous avons décidé de laisser tomber l'Insects Tour prévu avec Ecocameron. Aux dires mêmes de Kali, peu d'insectes réellement visibles en ce moment. Nous remplaçons par une balade "en indépendants", qui doit nous amener par le jungle treck 9A jusqu'à la Boh Tea Plantation, l'autre site de production de thé BOH.










Les chutes Robinson
Nous progressons par un sentier aménagé sur quelques centaines de mètres jusqu'aux "Robinson falls", puis nous enfonçons plus profondément dans la jungle, nous laissant prendre par l'ambiance, la végétation dense et les bruits de la forêt (les cigales font un bruit !). Question "faune", c'est assez calme mais nous apercevons tout de même un beau centipède de plus de 20 cm qui se fraie un passage sur notre sentier, et surtout pas mal d'oiseaux et quelques écureuils.












Ignorant les panneaux nous mettant en garde sur la difficulté de la suite, nous évitons les raccourcis qui nous mènent à la route et restons sur le sentier qui se fait carrément sportif. On grimpe par dessus les rochers, les branches et arbres qui nous barrent le passage, glissons dans les passages les plus escarpés. Un avant goût d'aventure !


















2h et quelques fous rires plus tard nous parvenons à la petite route qui grimpe vers la Boh tea plantation.
Ici c'est un paysage très rural, où alternent serres de production de légumes, de fleurs, de fruits, et modestes maisons d'habitation en bord de route, entourées de bananiers.

















Lorsque l'on arrive à l'entrée du site des plantations de thé, le paysage est superbe : des fleurs partout, une belle végétation tropicale, de petites maisons colorées, l'ensemble nous rappelle un peu les Seychelles.











Les plantions de thé s'offrent à nous, ondulations verdoyantes parsemées de rochers ronds et de bosquets de palmiers et bananiers. Une vraie carte postale, c'est magnifique, encore plus beau que le matin même. Les rayons du soleil rajoutent à l'esthétique des lieux.





















Nous nous enfonçons un peu dans les plantations, mais l'heure tourne : il est 17h30 et il n'y a pas de moyen de transport pour nous ramener à Tanah Rata.
On décide de faire un peu de stop sur le chemin de retour, mais il n'y a quasiment pas de voiture et tombons rapidement sur un chauffeur de taxi qui rentrait chez lui et qui accepte de nous ramener à Tanah Rata (25mn de route) pour 30 RM. Un poil cher (ici les taxis facturent traditionnellement 25RM/heure), il abuse un peu de la situation, mais nous préférons user de ses services plutôt que risquer de rester en rade.

A 18h30 nous sommes rentrés à Tanah Rata. Douches, temps calme, puis nous allons dîner au restaurant Ferm Nyonya, presque voisin de la guesthouse. Un bon repas aux accents chinois, mention spéciale au Happy clown en dessert pour Léa, une glace mise en scène en forme de tête de clown bizarre qui nous fera rire pendant un bon quart d'heure tellement c’est ringard :)
De retour à l'Orchid Lodge, Kassim me restitue le linge laissé pour la laverie le matin même (7RM/3kg) et je règle les formalités de départ. Il nous réserve un taxi pour le lendemain matin car nous souhaitons visiter une fabrique de thé et prendre le temps d'une petite dégustation.
Vers 22h30, tout le monde est au lit et le sommeil arrive vite après cette très belle journée de balade.

Revenir à la feuille de route ou passer au jour suivant




4 commentaires:

Anne-Marie Mercuri a dit…

MAGNIFIQUES PAYSAGES QUE CES PLANTATIONS DE THE!

ET BRAVO AUX INTREPIDES AVENTURIERS!

Fab a dit…

Raisonnablement intrépides tout de même ;)
Merci pour le commentaire !

Anonyme a dit…

Bonjour , sympa ce trip malaisien .. nous sommes actuellement en Malaisie et souhaitons passer 2 jours au cameron .... sauriez vous où l on pourrait trouver votre super guide et à quel prix .... merci de votre réponse et bonne continuation ... Mapy

Fab a dit…

Bonjour,
Nous sommes passés par l'agence Ecocameron (c'est écrit en début d'article...!) et avons eu le guide Kaly. Il vaut mieux que vous les contactiez pour avoir les prix actualisés.
Bon voyage !
Fabrice