Malaisie - Jour 9 : De Mersing à Tioman - Bienvenue au paradis !

Vendredi 18/07
  • Traversée Mersing - Tioman (ABC)
  • Arrivée au Bamboo Hill
  • Balade et baignade à Panuba beach
  • Apéro tropical :)



Le premier ferry pour Tioman est annoncé à 11h30. J'ai beaucoup lu sur les forums qu'il faut se méfier de la compagnie Bluewater express, monopolistique sur les traversées : annulations de dernière minute, organisation allant de complexe à désastreuse, surbooking..... Donc nous nous sommes armés des plus grandes précautions en étant arrivés la veille et en gérant notre temps pour être bien en avance. Nous avons déjà réservé nos billets aller-retour (sur Tioman-ferry), mais cela ne nous garantit pas réellement nos places sur le bateau. Le graal, c'est la “bording card” délivrée par la compagnie juste avant le départ....

Alors on se lève vers 8h et pendant que les enfants et Audrey se préparent je pars faire un peu de repérage à la jetée.

Mersing



Les guichets qui délivrent les billets ouvrent à 9h30, donc on a le temps de prendre notre petit déjeuner, ce que nous faisons dans une sorte de cafétéria juste en bas de l'hôtel. 

On expérimente le café noir en sachet à infuser (comme le thé !) et visiblement les boissons au goût chimique des enfants ne sont pas vraiment pour leur plaire. Mais c'est pas cher, c'est pratique, ça nourrit : c'est ce qu'il faut se dire...






Nous prenons nos sacs et en quelques minutes nous sommes à la jetée. 

Pendant que le reste de la famille m'attend à l'ombre de la grande salle d'attente avant embarquement, je retire nos billets au comptoir 3,  passe les faire valider par les "hôtesses" de la compagnie Bluewater Express, puis nous fais inscrire sur la liste des passagers devant embarquer. 

Mais cela ne suffit pas. Il faut encore passer à la guérite des autorités de Johor (l'état malaisien où se trouve Mersing) pour payer la taxe d'accès à l'île (50RM pour nous 4 avec 2 tarifs enfants), puis, et c'est là l'essentiel, patienter devant le guichet qui délivre les fameuses cartes d'embarquement...






A 10h45, j'ai accompli toutes les formalités et tandis que les lieux se sont remplis de plusieurs centaines de personnes, nous sommes enfin certains d'embarquer.

Encore une petite heure d'attente, et nous sommes dirigés vers le Bistari 1 de la compagnie, dans lequel nous sommes les premiers à embarquer. On choisit nos places plutôt vers l'arrière (ça bouge moins) et vers 11h45/12h le bateau quitte Mersing.



La traversée vers Tioman est plutôt paisible, ça ne tangue pas trop et nous commençons à nous émerveiller lorsque les sommets de Tioman émergent des nuages. Les côtes verdoyantes apparaissent peu à peu, et nous pouvons déjà apercevoir quelques petites plages de sable doré entourées de jungle.




Après avoir déposé quelques passagers à la jetée de Genting, un des premiers lieux de villégiature de l'île, notre bateau ignore le village principal Tekek et nous arrivons à 14h à "Air Batang”, surnommé ABC (“C” pour chalets).
Dés la jetée, on en prend déjà plein les yeux : mer émeraude, chalets en bois, cocotiers.....










ABC n'est pas à proprement parler un village malais, même si des familles y vivent désormais à l'année, mais une suite de petits chalets pour voyageurs au long cours à petit budget. Tout au long d'un étroit chemin côtier simplement bétonné, s'égrainent des petits bungalows en bois, des restos, des petits bars "pieds dans le sable", au milieu d'une végétation tropicale luxuriante et fleurie. De petits ponts permettent d'enjamber les quelques ruisseaux qui viennent ici se jeter dans la mer et fournissent l'eau nécessaire aux installations.
















En une dizaine de minutes, nous atteignons le Bamboo hill Chalets où nous passerons les 5 prochaines nuits.
Accueil agréable et souriant, Eazit (izi) nous accompagne en haut des quelques marches jusqu'aux chalets jumeaux 3 et 4, les derniers de la série de 8, les plus isolés, noyés dans la végétation et posés sur les rochers en haut de leurs pilotis.

Sur Tioman, Notre chalet du Bamboo Hill, le plus à gauche....

De véritables cabanes en bois, au confort simple : quelques planches, un lit confortable, un efficace ventilateur, et une terrasse à couper le souffle, sorte de nid dans les fleurs de bougainvillée à 5 mètres au dessus des vagues face à la baie d'ABC. C'est incroyable, un vrai paradis !!
Il y a même une petite bouillotte et de quoi se faire café/thé quand on veut.










Petit bémol pour la salle de bain qui n'est vraiment pas de première jeunesse et qui souffre de l'humidité ambiante, mais vu le temps que l'on va y passer... Et l'eau froide pour la douche, qui descend directement de la montagne, s'avérera douce et agréable. Tout ça pour 90RM par chalet et par nuit (à peine plus de 20€......)....




Nous défaisons nos sacs et réunissons nos affaires version "plage", puis allons casser la croûte à l'ABC Restaurant voisin du Bamboo Hill. Au passage, on croise quelques varans qui se dorent la pillule... 4 jus de fruit, quelques toasts et un chicken-rice plus tard, nous sommes rassasiés et fin prêts pour notre première découverte de Tioman.












L'eau est incroyablement chaude...




























Tioman est une île d’origine volcanique de 20km du nord au sud, 10km de large, située à environ 60km de la côte. Elle compte 8 petits villages, tous sur la côte (essentiellement sur la côte ouest). 
Le reste de l'île est une jungle dense, que seule une petite route traverse. Île haute, granitique, sauvage, sa côte Est est plus escarpée. Selon la légende, elle doit ses formes galbées, aériennes et découpées à une princesse dragon qui aurait décidé de se changer en île, séduite  par les magnifiques eaux cristallines de la mer de Chine alors qu’elle était en route pour rejoindre son prince à Singapour….



Compte-tenu de l'heure, nous choisissons d'emprunter le sentier qui passe juste au-dessus du Bamboo Hill et qui nous mène en 15 mn à la belle plage de sable du Panuba Resort, très tranquille (nous verrons plus tard qu'il en existe une juste après, plus isolée).
Le sentier, assez accidenté, longe la mer et nous donne un aperçu de la faune et la flore luxuriante de Tioman : arbres immenses, jungle épaisse, des singes à tous les coins de chemin, varans, et nous voyons également une sorte de gros écureuil noir à collier que je n'ai pas eu le temps d'immortaliser (idiot que je suis : j'ai vidé la carte mémoire de l'appareil photo et j'ai oublié de la remettre, donc le temps que j'en sorte une autre, imaginez que le bestiaux n'a pas tenu la pose... ).










Le bain à la plage du Panuba est agréable, l'eau est chaude et paisible. Nous nous équipons de nos masques-tubas pour un premier essai de snorkeling. Sans être le top de ce que l'on verra à Tioman, on voit quelques coraux et les enfants voient leurs premiers poissons exotiques multicolores.


La crique du Panuba Inn





Panuba Beach












Le soleil commence à nimber la plage des teintes rose oranger du coucher. Alors nous quittons les lieux par le même sentier pour rejoindre notre chalet, mettons nos affaires à sécher, et après une bonne douche nous nous lançons en quête d'un lieu sympa pour l'apéro.
Nous n'aurons pas beaucoup à chercher : juste après l'ABC, au niveau du Nazri's place 2, il existe en bord de plage l'archétype de ce que nous cherchions : quelques fauteuils et petites tables en bois, dans le sable, au milieu des cocotiers, musique en fond sonore, la mer de chine en toile de fond. Les enfants s'isolent dans une petite cabane en bois perchée sur la plage.... On sirote nos bières en nous félicitant déjà d'avoir inclus Tioman dans notre circuit...




Les bonnes choses ayant une fin, la faim justement nous pousse à traverser le chemin pour gagner le Hijau Restaurant de Nazri's place 2, perché sur ses pilotis sous une grande varangue. Il n’y a plus grand monde même s'il n'est pas très tard : les gens mangent tôt sur les îles. Le soleil se couche vers 19h-19h30 alors les rythmes sont décalés.
Le service est un peu long, mais le repas est correct : spécialités malaises, mais aussi de toute l'Asie (excellent curry vert à la saveur très thaïlandaise pour Audrey, même si particulièrement épicé).

Ainsi repus, nous gagnons nos chalets pour une bonne nuit bercée par les vagues et le souffle agréable du ventilateur.

Revenir à la feuille de route ou passer au jour suivant

Soleil couchant sur Panuba Beach



4 commentaires:

Anne-Marie Mercuri a dit…


On croit rêver!!! Que cette nature est belle! On finit par croire au paradis!!!!

Fab a dit…

Il existe.... un peu partout sur terre :)
bises

anne a dit…

Bonjour,
Merci mille fois merci pour votre récit de voyage.
J'organise mes vacances pour tioman et votre blog m'est précieux.
Il confirme mon choix de destination, et m'éclaire grandement sur la vie sur place... pas facile d'avoir des infos sur Tioman... heureusement il y a les blogs .
Qu'avez vous consulter pour vous aider dans votre voyage? (pour Tioman)

Je voulais vous demander également comment avez vous rencontré Napi le taxi boat? est ce le Bamboo Hill qui vous a mis en contact?
A priori sur l'ile, il est possible de demander aux pecheurs s'ils peuvent nous véhiculer, mais j'ai aussi cru comprendre qu'il y avait des taxi boat "officiels", non? Que nous conseillez vous? niveau fiabilité, prix et humain?

Nous partons le 5 octobre :)

Fab a dit…

Bonjour Anne,

Merci pour votre commentaire, cela fait plaisir de pouvoir partager et de voir que cela puisse être utile à d'autres :)

Pour Tioman, j'ai arpenté les forums (fora) et les blogs à droite et à gauche. Je passe beaucoup de temps à préparer nos voyages de cette façon-là.

Nous avons procédé à la réservation de nos sorties bateau via le Bamboo hill qui de toute façon nous a "connecté" avec ABC Restaurant & Chalets qui se situe juste à côté. En fait ce sont eux "vendent" les excursions que nous avons faites et qui Napi (qui est sûrement un surnom, et je le fais en phonétique !) travaille avec/pour eux. Je ne sais pas s'il peut accompagner sans passer par eux.

Concernant les taxi-boats.... officiels, non officiels... je ne sais pas trop... On ne fait pas trop la différence, surtout quand on les voit apparaître en mer depuis la plage.... Cela reste un bonhomme sur un petit bateau ! Certains posent une petite pancarte à côté de leur maison, d'autres attendent le chaland près de leur petite cahute, d'autres encore vont de plage en plage à la recherche de clients et vous laissent leur "carte de visite" au passage.

Au final, c'est surtout à vous de sentir si vous êtes en confiance avec la personne, et si son bateau ne paraît pas en mauvais état.

Par contre quand vous passerez près de pancartes annonçant les prix des différents trajets, prenez les en photos ou notez les prix. En général tous pratiquent les mêmes depuis la terre, mais si vous vous retrouvez sur une plage "perdue" à devoir négocier, vous aurez sous la main les prix comme référence... :)

Bons préparatifs et régalez vous bien !
Au plaisir
Fabrice