Bali - jour 2 : Ubud - Trek, Rizières & spa !

Lundi 2 mai

  • Trek avec Ketut dans la forêt et dans les rizières de Ceking - Tegallalang 
  • Coffee plantation : Bali Pulina
  • Balade dans Pakudui
  • Repas au Warung Balé - Ubud
  • Venezia Spa à Ubud
  • Spectacle de danse Lebong au Palais d’Ubud
  • Dîner au Wayan Café


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali




Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Rizières de Ceking - Tegallalang : trek avec Ketut

Départ à 9h30 avec notre super guide Ketut, à pied depuis Saudara Home. C’est Albert qui s’est occupé d’organiser notre rendez-vous. Ketut habite dans un village voisin et a fait son gagne-pain d’emmener les clients de Saudara Home balader dans les rizières. Un gars simple et souriant, on devrait passer un bon moment.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Saudara Home, côté rizières



Dans une atmosphère bucolique nous longeons les rizières qui font face à la maison. Nous passons un petit temple près duquel des paysans font sécher une récolte récente, avant d’emprunter un chemin pas mauvais qui rejoint rapidement les premières rizières en terrasse.






Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ketut s’arrête régulièrement pour nous parler des plantes, des fruits que nous rencontrons au passage. Mangoustan, caféiers, vanilliers, bananiers… classique mais on ne s’en lasse pas.
Nous marchons assez tranquillement, ce qui nous va très bien : Ketut s’est blessé à la jambe en tombant d’un cocotier - ça ne s’invente pas -  il y a trois ans et a été mal soigné. Depuis il traîne un peu sa jambe gauche, et l’on sent bien qu’il doit s’économiser.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali




Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali
Des "garuda" en devenir !

Le sentier devient étroit  et emprunte ces petites digues qui traversent les rizières de part en part, conduisant l’eau d’une parcelle à l’autre dans un ingénieux système d’irrigation. Le paysage est rural, d’une grande sérénité et la douce lumière du matin n’y est pas pour rien.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Nous croisons quelques petites maisons isolées en bordure de forêt, passons au fond d’un vallon puis remontons par une petite route dans une forêt de bambous.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Sur la gauche, un chemin en pente raide attire notre attention. En le suivant, nous arrivons à une petite maison en bois d’où s’échappe un filet de fumée. Une mamie minuscule et toute fripée nous accueille avec un large sourire sans dents. Un vrai moulin à parole. Visiblement Ketut la connaît. Elle nous prend les mains, nous touche, nous serre les bras. Elle nous fait visiter sa cuisine d’un autre temps. A Bali beaucoup de gens vivent dans un autre âge, dans des lieux incroyablement typiques et dénués de confort. Nous y sommes. C’est ce que l’on cherche : voir ce que d’autres ne prennent pas toujours le temps de voir. 


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali
Côté cuisine...

Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali
... et côté salle de bain

Elle va chercher une longue perche qu’elle donne à Ketut, qui s’en sert pour cueillir quelques délicieux mangoustans que la mamie nous offre ouverts avec ses mains noires de suie. Ketut nous fait les sous-titres, évidemment nous ne comprenons pas un mot de ce qu’elle nous raconte. Mais elle nous parle et nous sourit, l'on sent la bienveillance et elle se prête au jeu des photos. Rencontre touchante et insolite.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali




Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Après une courte grimpette dans la forêt, nous poursuivons la balade dans de sublimes paysages de rizières en terrasse bordées de cocotiers. Pas un touriste à l’horizon. Génial et rare…


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali

Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


On saute entre les rizières, on plaisante avec Ketut qui profite d’une pause photo pour fabriquer un collier à Audrey avec une tige de patate douce. C’est de l’art, je vous dis !


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali






Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Et c’est là que j’ai failli mourir. Du haut d’un immense cocotier une grosse noix de coco se laisse choir à moins d’un mètre de mon épaule gauche, et rebondit lourdement à quelques pas de moi…  Dire que sous ces latitudes la première cause de mortalité chez les touristes est la chute de noix de coco. J’ai bien failli en faire les frais.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ketut se transforme en machine à bulles en soufflant dans la pulpe de la feuille d'une plante. Original et poétique, on retourne quelques minutes en enfance :)


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


La pente se fait plus raide et nous parvenons après environ 2 heures de marche sur la partie touristique des rizières en terrasse de Ceking Tegallalang.
Évidemment c’est très beau, mais aussi et surtout beaucoup plus peuplé…


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali
Ketut, avec la noix de coco de la mort...

Chaud, cacao !

Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


On se pose à l’ombre sur une terrasse en surplomb de ces rizières, qui comptent tout de même parmi les paysages “cartes postales” de Bali. Nous sommes à l’opposé de la route donc de l’accès principal, dans un endroit relativement tranquille. 







Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ketut boit un café, et nous une noix de coco bien fraîche (sans rancune !). On reste un moment à se reposer (et à regarder les américains/australiens se prendre en photo) puis on descend au cœur des rizières passant d’une petite terrasse à l’autre. Le système d’irrigation appelé "subak" (https://fr.wikipedia.org/wiki/Subak) est ici spectaculaire.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


D’étroites rigoles serpentent entre les parcelles et l’eau saute de terrasse en terrasse formant parfois de petites cascades. Spectaculaire. Nous passons deux petits “barrages” organisés par les locaux pour récolter les “donations” (= des roupies !!), on laisse Ketut gérer ça. Puis nous remontons une pente très raide sur l’autre flanc des rizières, rejoignant leur partie touristique.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


C’est sur cette zone que les bouchons se forment et que les flots de touristes se déversent sur les pentes des rizières, ternissant quelque peu le paysage… Alors on passe vite. Un peu plus haut Ketut nous amène jusqu’au Dewi Café où nous avons la possibilité de profiter d’un point de vue magnifique sans  être obligés de consommer, à l’écart de l’agitation (à mon avis c’est LE bon plan du coin).


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali



Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali


Bali Pulina


De là, Ketut récupère son scooter et nous remonte, l’un après l’autre, jusqu’à Bali Pulina juste au dessus de la route qui mène à Saudara home. Ce site dit d’agrotourisme (comme des dizaines/centaines du même genre sur l’île) présente quelques espèces végétales dans l’esprit “arboretum” et montre le cycle de production du café. On s'attendait à quelques chose très touristique : ce n'est pas faux, mais le site est très agréable, le personnel gentil et aux petits soins, et la vue est superbe.


Ceking - Tegallalang - Ubud - Bali






Bali Pulina - Tegallalang - Ubud - Bali


Bali Pulina - Tegallalang - Ubud - Bali


Il propose aussi de faire connaissance avec le café Luwak. Typiquement balinais, ce café étonnant est issu d’un procédé de fabrication très particulier. Des civettes (petit animal entre la fouine et la belette) se nourrissent de baies de café, lesquelles fermentent dans l’estomac de la bête qui défèque ensuite les baies non digérées. Les grains de café sont extraits des baies, puis torréfiés et moulus selon la méthode classique, mais le café qui en est issu a - parait-il - un goût très particulier. Nous, on a pas tenté. D’une part car c’est l’occasion de vendre le café 4 fois plus cher que les autres. D’autre part, et surtout, car le flot touristique a dévoyé cette pratique d’origine traditionnelle : pour faire face à une demande grandissante, certains producteurs n’hésitent pas à gaver les civettes sans respect particulier pour les bêtes, celles-ci deviennent folles et malades enfermées toute la journée dans des cages minuscules. Donc on boycotte.
Cela dit, le site de Bali Pulina n’est pas entièrement consacré à cela. Il permet de découvrir le café sous toutes ses formes dans un très bel environnement et l’accueil est excellent. De plus, depuis les belles terrasses en bois on jouit d’une vue magnifique sur les montagnes, la forêt et les rizières. Avec notre ticket d’entrée, nous profitons d’une dégustation de plusieurs café au gingembre, au chocolat, à la vanille et le fameux café balinais qui ressemble un peu au café turc (c’est à dire qu’on le mange plus qu’on ne le boit…).


Bali Pulina - Tegallalang - Ubud - Bali


Bali Pulina - Tegallalang - Ubud - Bali


Bali Pulina - Tegallalang - Ubud - Bali




C’est à ce moment qu’une bonne averse pointe son nez. On attend qu’elle passe puis repartons à trois sur le scooter de Ketut qui nous dépose à notre demande à l’intersection qui nous mène jusqu’à Saudara home. Alors que lui doit repartir vers le Dewi café où un autre petit groupe de clients l’attend, nous souhaitons remonter tranquillement à pied jusqu’à la guesthouse. Avant de nous séparer nous saluons chaleureusement Ketut qui nous a proposé une bien belle balade, juste pour nous, un gars vraiment super…

Pakudui


Nous partons en direction de Pakudui suivant la petite route encore humide de l’averse précédente, alors que nous avons droit maintenant à une belle éclaircie. Nous passons devant les échoppes de nombreux artisans qui travaillent la sculpture sur bois.


Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Papayes...

Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


C’est la spécialité de notre village, portée par Madé Ada, un sculpteur local dont le talent est aujourd’hui reconnu à échelle internationale. Un homme original, généreux et génial, au dire de notre hôte Albert. Il habite Pakudui où il dispose également de son atelier-musée qu’il est possible de visiter gratuitement, comme nous le verrons dans quelques jours.
Au fil de notre cheminement nous prenons part à la vie locale, on croise quelques enfants qui nous font de grands sourires. 


Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Plus haut nous sommes attirés par un escalier qui nous permet d’accéder à un joli enclos familial. De loin, un jeune homme nous salue et nous rejoint. Nous entamons alors la conversation. Il nous explique la façon dont sont organisés les enclos familiaux : les différents bâtiments qui les composent, les maisons attribuées aux enfants, aux parents, grands-parents. Les plus anciens bénéficient toujours de la maison la plus élevée, au nord de l’enclos. Et bien sûr différents temples : temple des dieux, temples pour les cérémonies… Le jeune homme est super sympa et n’est pas avare d’explications. Il faut tout de même se rendre compte qu’il nous fait visiter sa maison…! Au fil de la discussion nous réalisons qu’il n’est ni plus ni moins que le fils du fameux Made Ada dont je parlais plus haut. Drôle de hasard. 


Pakudui - Ubud - Bali

Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Pakudui - Ubud - Bali


Nous le remercions et poursuivons notre route jusqu’à Saudara home où nous échangeons quelques mots avec Albert sur notre balade, et nous prenons rapidement notre douche car la journée n’est pas bouclée (il est 14h30 passée).


Saudara Home - Ubud - Bali
A proximité de Saudara home - la pluie n'est pas loin

Saudara Home - Ubud - Bali
Et on s'active pour la récolte

Warung Balé


Petite pause puis vers 15h15, Kadek, le fils de Madé, nous descend jusqu’à Ubud-centre et nous laisse au bout de la rue du Warung Balé conseillé par Albert. Excellent choix : sous un agréable gazébo installé sur une terrasse en surplomb d’une petite ruelle, nous nous régalons d’un délicieux mie goreng (le meilleur de tout le séjour), légumes et bœuf sauté, cocktails de jus de fruits frais et d’épices. Ce warung est tenu par un Suisse, Yves, lequel a développé un réseau local associatif avec le soutien du gouvernement suisse pour venir en aide à la population locale et aux enfants défavorisés de Bali. Coup double donc, car c’est délicieux et pour la bonne cause.


Warung Balé - Ubud - Bali


Warung Balé - Ubud - Bali


Warung Balé - Ubud - Bali


Nous surveillons l’heure et devons malheureusement quitter les lieux assez rapidement car nous sommes en retard pour notre séance de massage au Venezia Spa qu’Albert nous a conseillé et réservé pour nous. Ce n’est vraiment pas à côté contrairement à ce que je pensais, donc nous nous nous dirigeons quasiment en courant sur Jalan Hanoman en direction de la Monkey Forest, proche du Venezia où nous arrivons en sueur et essoufflés… 

Venezia Spa


Nous sommes pris en charge tout de suite après que nous ayons pu nous désaltérer (bouteilles d’eau offertes). Le coin est très joli, la salle de massage et les serviettes sont parfaitement propres. Le personnel est discret et souriant, et en plus nous avons vue sur les rizières. Trop bien ! Nous avons choisi la formule “green tea bath” pour 185 000 IDR (13€) / personne qui inclue en 1h45 massage traditionnel, gommage corporel au thé vert, lait hydratant et bain de fleurs parfumé au thé vert…


Venezia Spa - Ubud - Bali


Alors c’est parti pour une bonne heure de massage (trop bon !), gommage puis nos masseuses nous badigeonnent d’une sorte de yaourt très frais. Ensuite douche puis nous nous plongeons dans une immense baignoire pour deux remplie de fleurs de frangipanier, face aux rizières, où nous nous relaxons en savourant un thé vert accompagné de fruits frais… Le pied !


Venezia Spa - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud


Détendus et parfumés, nous remontons la Monkey forest road jusqu’au Palais d’Ubud pour notre dernière découverte de la journée : la danse traditionnelle du Lebong (tous les lundis au Palais d’Ubud - ce n’est pas le même spectacle chaque soir, donc se renseigner avant sur le programme. En revanche le prix est fixe : 80 000 IDR/p soit un peu plus de 5€).
On achète nos places à un vendeur de rue devant le temple. Contrairement à ce que disent les guides, cela semble pas être une arnaque. Les prix sont identiques par rapport au guichet d’entrée et ça fait une petite source de revenu pour les vendeurs qui touchent une commission…
Le spectacle dure 1h30. Fascinant et très particulier. Gracieux et énergique à la fois. Les mouvements des yeux, les expressions des visages semblent suivre les rythmes infernaux imposés par le Gamelan, cet orchestre traditionnel composé principalement de percussions et de quelques instruments à vent.


Palais d'Ubud - Ubud - Bali




Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - BaliLebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Le décor et les costumes sont très beaux.  Une vraie découverte, un style très particulier. Nous apprécions tous les deux les chorégraphies, mais Audrey moins la musique. Un conseil : pour être devant il faut arriver une heure avant (nous avons suivi les conseils donnés par tout le monde, c'est à dire arrivés 30mn avant le début du spectacle, et nous étions plutôt vers l’arrière).


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Lebong Danse - Palais d'Ubud - Ubud - Bali


Wayan Café


Nous ressortons vers 21h et reprenons Jalan Monkey Forest pour aller dîner au Wayan Café.
Le restaurant ne paie pas de mine depuis l’entrée, mais l’intérieur, avec ses lumières tamisées, ses tables en bois, ses petits gazébos en terrasse et son grand jardin orné de bassins et fontaines en font un lieu de premier choix. Le service est un peu inégal mais nous mangeons très bien pour à peine plus cher qu’ailleurs. Les cocktails (oui, on ne se refuse rien) sont corrects. Un bon moment.


Wayan Café - Ubud - Bali


Wayan Café - Ubud - Bali


Wayan Café - Ubud - Bali


Wayan Café - Ubud - Bali


A la sortie nous attrapons le premier taxi venu (en fait c’est plutôt l’inverse) qui nous fait directement le prix conseillé par Albert. Du coup on se dit que l’on aurait pu négocier. Le gars est sympa et tient à nous déposer tout au bout du chemin accédant à Saudara Home. Albert nous salue, puis nous prenons notre 4ème douche de la journée.
J’écris ces quelques lignes et nous nous endormons au son entêtant des gamelans du palais d’Ubud, les yeux dans le vert des rizières de Ceking... 
Une journée bien remplie, magnifique et variée, comme on les adore !

Revenir à la feuille de route ou aller au jour suivant 


Wayan Café - Ubud - Bali




3 commentaires:

Anne-Marie Mercuri a dit…

Entre le rêve...la réalité...Impuissance des mots...Mais puissance de la beauté, la nature, bien sûr, mais aussi celle des gens, rencontres avec les habitants, les jeunes et les moins jeunes, cela semble si naturel!! Et merveilles des danses, grâce,mouvement, couleurs, sentiment de paix....

Magnifique journée!!

lalelo a dit…

Merci pour le boycottage du café Luwak, trop de gens ignorent encore le mauvais traitement réservé à ces pauvres civettes :(

Fab a dit…

Pauvres bêtes en effet... Mais peut-être pas si pire que nos canards à foie gras... !
Concernant le café Luwak, le tourisme rend l'affaire très "industrielle"...