Birmanie - jour 22 : Yangon - du cœur de la ville aux ors de Shwedagon


Jeudi 2 février

  • Départ du Yoma Cherry et vol Thandwe - Yangon
  • Arrivée à Yangon - Shwe Yo vintage hostel
  • Découverte de Downtown : chinatown, pagode Sule, quartier colonial
  • Pagode Shwedagon, de jour et de nuit
  • Dîner au restaurant Green Gallery
  • Spectacle de rue





Dernier petit-déjeuner au Yoma Cherry où nous serions bien restés une nuit de plus.... Vers 8h30 nous réalisons les formalités de départ puis saluons l'équipe à laquelle s'est jointe Sue la propriétaire des lieux, qui visiblement met un point d'honneur à venir saluer et remercier ses hôtes. 


Départ du Yoma Cherry et vol Thandwe - Yangon

Nous partons à bord du camion très typique de l'hôtel en direction de l'aéroport où nous arrivons un peu avant 9h. Notre vol (pré-réservation par Internet avec la compagnie Mann Yadanarpon Airlines est à 10h, mais à 9h10 nos bagages sont déjà enregistrées et nous avons passé tous les contrôles. Aaaah le plaisir des petits aéroports...



Départ du Yoma Cherry Lodge


Nous attendons tranquillement sur la terrasse à l'étage de l'aéroport.
Vers 9h30 nous embarquons et notre avion décolle avec un quart d'heure d'avance, avance qu'il conserve en partie à son arrivée à Yangon à 10h45.









Arrivée à Yangon 


20 minutes après nous avons récupéré nos sacs, nous passons faire un peu de change pour les 2 jours restant puis negocions un taxi pour Downtown, au centre de Yangon où se trouve le Shwe Yo vintage hostel, notre dernière étape birmane.
Tous les taxis "officiels", réunis au même endroit, semblent alignés sur le même prix de course (10$ ou 10 000K... pas donné !), mais j'arrive à négocier avec un chauffeur à l'écart du groupe et nous parvenons à tomber d'accord  pour 8000K (un peu plus de 6€).

Le trajet depuis l'aéroport est long et sans grand intérêt. Larges avenues, beaucoup de trafic, immeubles défraîchis côtoient constructions récentes, certaines encore en travaux, bienvenue dans la grande ville.
Nous arrivons à destination vers 12h15 , soit après 1h15 de trajet.


Accueil au Shwe Yo vintage hostel


Check-in efficace au Shwe Yo vintage hostel, petit hôtel/guesthouse au cœur de Dowtown, en périphérie directe de Chinatown tout au centre de Yangon.










Nous attendons que notre chambre soit prête puis investissons celle-ci située au dernier étage du bâtiment. Pas super grande mais fonctionnelle et propre, et surtout avec 2 fenêtres, au calme. Une perle rare (pour 43€ la "junior suite"  !) dans ce quartier très animé de Yangon.












Dans les parties communes, le mélange de béton et de bois lui donne un petit côté vintage, d'où le nom. Ni vraiment une auberge de jeunesse, ni vraiment guesthouse, pas vraiment hôtel, il reigne ici une douce ambiance routarde pas désagréable, c'est très familial.






Nos affaires déposées, le propriétaire nous conseille pour aller manger un morceau pas bien loin. Ce sera sushis chez Oishii Sushi juste à côté de l'hôtel. Clientèle locale, grand choix, fraîcheur, et nous mangeons pour 6000 K... (env. 4€).










Après cette courte pause, nous partons à la découverte de la ville.


Decouverte de Downtown : chinatown, pagode Sule, quartier colonial


Nous sommes immédiatement plongés dans l'agitation du quartier Dowtown, grouillant, bruyant, pollué.
Un alignement d'immeubles vétustes et décrépis, de vieilles shop-houses et maisons coloniales qui tombent en ruine aux côtés d'immeubles récents aux façades carrelées ou couvertes de grilles. Un enchevêtrement de fils électriques, d'enseignes brinquebalantes, de marchandises : sacs énormes, cartons, camions de livraisons.








Visiblement c'est l'heure de la sieste :-)







































Les bijouteries attirent un monde fou

























Des dragons... gonflables ! gardent l'entrée de Chinatown














Visite d'un temple chinois 
























En traversant une rue envahie par les pigeons, nous accédons à temple hindou, que nous visitons.


























Trottoirs (??) défoncés, rues encombrées, difficile parfois de se frayer un passage dans toute cette agitation. Et puis est-ce nécessaire de préciser l'absence de propreté. Mais Chinatown est le cœur battant de la ville, c'est authentique, un joyeux bazar (pour être poli) où chacun trouve finalement sa place et son compte.













































Après plusieurs tours et détours dans ce quartier nous arrivons à la Pagode Sule, installée au beau milieu d'un rond-point et accessible par plusieurs passerelles. Nous décidons de ne pas visiter l'intérieur  (payant et présenté comme peu intéressant) et nous contentons de la contourner. Important lieu de culte, elle a été fondée au 3ème s. av JC mais sa configuration actuelle et notamment sa hauteur (44m) est le fruit d'une reconstruction du 14ème s.










Le carrefour qui l'entoure fut le théâtre d'épisodes sanglants lors des 30 dernières années entre armée et civils manifestant pour la démocratie.
Il est possible d'avoir une vue plongeante sur le quartier depuis la Sakura tower située non loin  (Sky bar) mais nous n'avons pas pris le temps de nous y rendre.






Nous poursuivons la visite par le jardin Mahabandula, un agréable espace vert très fréquenté au centre duquel se dresse un obélisque, symbole de la lutte d'indépendance des birmans contre les anglais.









Nous apercevons l'hôtel de ville, bâti en 1920, immanquable et vaste bâtiment tout blanc typique de l'architecture coloniale britannique, malheureusement en cour de rénovation ce jour (récemment victime d'attentats à la bombe par des indépendantistes rebelles au régime).







Passage rapide par l'insolite église baptiste Immanuel, bâtie en 1830, l'une des plus anciennes de Yangon (intérieur sans grand intérêt).







Nous suivons la Mahabandula Street (pas mal de street food... on se retient !) en longeant la Haute Cour, grand bâtiment en brique reflétant la puissance de l'empire britannique des Indes.

















A l'angle de Strand road le bâtiment des douanes est abandonné et envahi par la végétation, sa façade décrépie n'est pourtant pas dénuée de charme.














Dans ce quartier, nombre de bâtiments officiels, administratifs ou commerciaux datant de l'empire colonial ou de construction plus récente sont désormais à l'abandon depuis le transfert brutal du statut de capitale de Yangon à Naypyidaw en 2005, et le déménagement du gouvernement qui s'en est suivi.












Nous sommes sur Strand road qui longe la rivière Hlaing et parvenons aux quais, sans grand intérêt (à part qu'il y a un monde fou dans ce coin et à l'embarquement).









Nous passons devant le Strand hotel qui a connu son heure de gloire à l'apogée de l'ère coloniale britannique. L'hôtel a été délaissé après l'indépendance de la Birmanie (1948) mais il a été entièrement restauré dans les règles l'art dans les années 1990. C'est l'un des hôtels mythiques de Yangon, cité par de grands auteurs comme Kipling, Orwell...







Quelques beaux bâtiments, reliques de l'empire colonial.






















Nous remontons jusqu'aux abords de la pagode Sule où nous trouvons sans difficulté un taxi qui nous achemine pour 3000K (compter de 2 à 3000K la course en taxi au centre de Yangon) jusqu'au pied de la mythique pagode Shwedagon.


Pagode Shwedagon, de jour comme de nuit


Avec la circulation nous y arrivons dans l'empressement pour ne pas rater le coucher de soleil. Nous gravissons les marches bordées de boutiques à offrandes et souvenirs, nous acquittons du droit d'entrée  (8000K/personne, soit un peu plus de 6€ tout de même) et parvenons enfin dans l'enceinte de la pagode.











Sublime. La grande pagode haute de 99 m est entourée d'une forêt de stupas dorés, plus petits, ainsi que de  nombreux temples et pavillons.












Le monument est le plus sacré de Birmanie et son aura s'étend à toute l'Asie, ce qui se confirme par la fréquentation, nombreuse et cosmopolite. 
Il y reigne un mélange de ferveur, de calme et de douceur, tandis que se croisent les regards scrutateurs et contemplatifs des visiteurs.
La visite se fait traditionnellement dans le sens des aiguilles d'une montre. Le plan est assez simple. Aux 4 points cardinaux se situent les escaliers qui mènent à la pagode et aux temples de prière principaux. Ceux-ci sont entourés des 8 "piliers" planétaires auxquels sont associés les 8 jours de la semaine du calendrier astrologique birman (qui comporte 2 mercredis). Et à chaque jour est associé un animal (éléphant, lion, souris...).
Des statues et sculptures représentant des bouddhas, des saints, des esprits gardiens (les Nats) sont installées tout au long de l'enceinte, comme autant de lieux de recueillement et d'offrandes.



























Profusion d'or, de pierres précieuses...
Le grand stupa central aurait été bâti au 9ème s. et il a été soigneusement restauré/reconstruit au fur et à mesure des incendies et séismes qui ont émaillé son histoire. Il renfermerait huit cheveux du grand Bouddha Gautama.
A son sommet le hti (l'ombrelle) est orné de plusieurs centaines de clochettes d'or et d'argent, et la girouette de plusieurs milliers de diamants et pierres précieuses. Une émeraude de 76 carats surplombe le tout...
Nous ne nous lassons.pas de faire le tour de ce sublime monument et nous laissons prendre par l'ambiance, magnifiée par cette belle lumière de fin de journée.
























































Où est-elle, à cet instant ?
Il y avait autour d'elle comme un halo de plénitude, un espace de sérénité contrastant avec l'effervescence des pèlerins et visiteurs en tout genre...











Nous visitons les différents pavillons qui s'illuminent peu à peu. Le spectacle du grand stupa est magique tandis que la flèche se détache maintenant du ciel bleu nuit. L'éclairage met particulièrement bien en valeur l'ensemble.







































































Les nombreux espaces de prière intérieurs et extérieurs contribuent à donner cette si belle ambiance, et les pèlerins illuminent les centaines de bougies qui entourent le stupa central.







































































Nous nous décidons à quitter les lieux bien après la nuit tombée, vers 20h.
Cette visite reste assurément une des plus marquantes de notre voyage, comme pour nombre de visiteurs.















Dîner au Green Gallery restaurant 


Nous parvenons à négocier un taxi pour 2000K afin de nous ramener vers Downtown. Nous lui demandons de nous déposer devant le restaurant Green Gallery (situé building #58 sur 52nd street, lower block),  plébiscité par les clients.






Et on confirme : super accueil, déco sympa et dans l'assiette c'est délicieux : excellents springrolls, porc en curry jaune, green curry Thaï au poulet, on se régale. Dans les verres, très bon jus de citron-gingembre-basilic. De plus la proprio est super sympa. Un super coin, on recommande ! 


Spectacle de rue


Le taxi au retour nous dépose au coeur de Chinatown, toujours plus animé en soirée, avec sa belle décoration de lanternes chinoises illuminées.
Nous sommes attirés par l'animation qui règne au détour de l'une des rues alors que nous nous dirigeons tranquillement vers l'hôtel.















Par chance nous assistons à une démonstration (un concours ?) de danse traditionnelle chinoise dans la continuité des festivités du récent nouvel an chinois.










Les compagnies se succèdent et enchaînent les danses qui consistent à réaliser des figures avec un long dragon manipulé tel une marionnette géante par une douzaine de danseurs, sous une lumière fluo/phosphorescente. La chorégraphie est rythmée par des percussions installées sur une estrade.


















Nous restons un moment à regarder le spectacle, mêlés à la foule qui a envahi la rue,  puis rentrons à l'hôtel, épuisés et heureux de cette belle journée de découverte.


Revenir à la feuille de route ou aller au jour suivant






1 commentaire:

Anne-Marie Mercuri a dit…

Toujours aussi prenant!!!! Avec en particulier de très beaux portraits!