Malaisie - Jour 13 : Tioman - Tour de l'île mémorable jusqu'à la cascade d'Asah

Mardi 22/07

  • Tour de l'île en bateau
  • Déjeuner sur Juara
  • Orage à la cascade Asah
  • Rengis Island





Au lever, nous rassemblons nos affaires et prenons possession de notre nouveau chalet pour cette dernière nuit au Bamboo Hill, et sur Tioman.
Le chalet n°1 est grand, parfait pour nous 4 (2 chambres), avec des prestations sensiblement équivalentes à nos cabanes précédentes, même si la salle de bain, toujours aussi rustique, semble d’une plus grande fraîcheur. La vue est moins spectaculaire, mais l’ensemble reste super agréable.





Le transfert réalisé, nous allons déjeuner et retrouvons Napi pour notre nouveau périple en bateau. Cette fois l’objectif est l’extrémité sud de l’île vers la cascade d’Asah, avec pause déjeuner à Juara beach.
Et l’on verra qu’aujourd’hui, c’est vraiment l’aventure…!
Comme la première fois, détour “essence/eau/pain” au sud d’ABC, puis Napi entame le tour de l’île par l’ouest. Mais il se ravise : la mer lui paraît agitée, donc il change de cap pour contourner l’île par la pointe nord.












La côte est très découpée par ici, plus rocheuse, les fonds sont profonds et l’eau est vert émeraude. Il y a un peu de vent, ça bouge sur le bateau. Au delà de Salang, Napi trouve une crique abritée pour nous permettre de plonger pour admirer les poissons.
Une belle raie se repose au milieu des patates de corail.








La mer se creuse pas mal au passage du cap au nord de l’île. Les nuages se densifient et la mer s’assombrit. Napi parvient à trouver une petite baie juste avant celle de Juara, à l’abri du vent.
C’est ici, entre 2 énormes bancs de fusiliers à dos jaune, que nous apercevons notre premier requin pointe-noire. Aussi surpris que nous, il fuit rapidement dans l’eau trouble. Magique !














Au ponton de Juara (où nous devons manger un morceau), Napi a un peu de mal à accoster à cause de la mer agitée. Mais il gère les cordages à merveille, et l’on parvient à débarquer en toute sécurité.
Nous longeons à pieds la baie pour tenter de manger au Bushman café, mais il est fermé pour la journée alors nous nous rabattons sur le restaurant du Juara Mutiara resort, simplement correct.
Les enfants rejoignent Napi et profitent d’une accalmie pour plonger depuis le haut du ponton.
































Nous repartons ! le ciel se fait menaçant, la mer se creuse un peu plus et on est trempés par les embruns. Je planque le matériel photo pour ne garder avec moi que notre petit étanche. L’ambiance n’est pas franchement rassurante, mais on rigole bien. Napi est très cool, et il gère bien sa barque :)
Un autre aspect de Tioman, d’autres couleurs s’offrent à nous.





Après un bon moment de navigation sportive, nous parvenons à la jetée d’Asah d’où débute le chemin pour la cascade. Cette fois Napi est contraint de s’y prendre à plusieurs reprises tellement l’accostage est délicat. La mer fait des creux de 2m, le vent souffle fort. Je mets à l’aise Napi, lui expliquant qu’il n’est pas obligé de s’arrêter, mais rien ne semble le contrarier. Il m’explique qu’il a déjà débarqué ici de gros indiens de + de 100kg par une mer largement plus déchaînée, alors confiants on le laisse bidouiller patiemment ses cordages et rapprocher petit à petit le bateau de l’escalier du ponton. On saute un par un sur les petites marches en béton et abandonnons Napi dans sa coque de noix.
Le ciel est noir lorsque nous pénétrons la forêt par le chemin qui nous mène vers la cascade, que nous atteignons en une quinzaine de minutes. On croise tout de même quelques promeneurs venus comme nous avec l’espoir de s’y rafraîchir. Mais il fait sombre, et même si la cascade est belle, on n’a pas trop envie de tenter la baignade dans l’eau grise.












Quelques gouttes…
On redescend vers la jetée. Au passage un vendeur de mangues (que fait-il encore ici ?) nous offre un de ses fruits. Pour nous apporter un peu de douceur alors que l’averse se fait plus forte ?
Le déluge...
Des trombes d’eau tiède nous tombent dessus. On y voit à peine. Mais on se marre bien. On court sous cette pluie qui rince le sel de notre peau, le sable de nos cheveux. Quelle sensation incroyable…








On finit par s’abriter sur la jetée, le temps que le grain passe. Je discute avec Napi, qui attend patiemment, trempé lui aussi, sur le bateau. Il me dit que ça va se calmer, que l’on va pouvoir repartir bientôt. Et c’est vrai :)
La pluie cesse, ça bouge encore un peu mais on embarque sans problème. Et nous poursuivons le tour de l’île.
Le ciel tourmenté laisse progressivement apparaître les “twin peaks”, les pics jumeaux de Tioman (dont le Gunung Gajang de plus de 1000m) qui dominent le sud de l’île. Superbe. Je ne regrette pas cette météo agitée. C’est même une chance d’avoir ce point de vue sur Tioman.










On croise quelques plages de rêve aux eaux d’encre, alors que le ciel s’éclaircit et que quelques rayons de soleil réapparaissent.










Nous parvenons à l’îlot de Rengis, au sud de la baie de Tekek, réputé pour être un haut lieu du snorkeling sur l’île. L’avantage c’est que par ce temps et du fait de l’heure assez tardive, nous sommes seuls à débarquer sur la plate-forme aménagée pour les touristes !
La nature nous récompense de notre persévérance. Raies, poissons coffres, tortues, requins (mais trop rapides pour être immortalisés !), voilà le programme. Et une petite vidéo cette fois :)
















video


Napi nous laisse vadrouiller autour du bateau le temps qu’on veut, nous n’allons pas trop loin car la mer reste sombre et un peu agitée, puis nous regagnons ABC pour terminer le tour de l’île au crépuscule… Nous remercions encore et encore Napi qui a été parfait et lui faisons nos adieux. 
Pincements au cœur partagés.
Nous gagnons notre chalet, prenons une bonne douche et allons prendre notre dernier dîner à l’ABC restaurant. Il y a plus de monde que d’habitude, pas mal de nouvelles familles. A notre départ, les proprios du restaurant nous offrent un des desserts préparés spécialement pour la rupture du jeûne, une sorte de crème à la fleur d'oranger. 
Elle a ce soir un goût particulier. 
Nos sacs sont désormais bouclés. On peut aller se coucher.
Demain, nous quittons Tioman.



Malaisie - jour 12 : Tioman - Jungle trek vers Juara

Lundi 21/07  
  • Randonnée dans la jungle : serpents, singes et arbres mystiques
  • Baie de Juara
  • Superbe coucher de soleil depuis la pointe sud d'ABC



Lever cool vers 8h pour les grands, 9h15 pour les jeunes.
Nous petit-déjeunons tranquillement à notre cantine : c’est que  nous avons table attitrée désormais, et les chats du coin nous ont adoptés :)
Avant de partir pour notre journée de rando, on réserve notre sortie bateau du lendemain avec Napi puis on récupère nos 4kg de linge propre (7RM/kg, pas cher, mais 3 fois plus cher tout de même que dans les Cameron Highlands. Kassim nous avait prévenu).
On fait le plein d’eau, on embarque nos masques et tubas, et c'est parti pour le jungle trek qui doit nous amener sur la côte Est de l'île.

Notre bar du soir au "petit matin"

En une vingtaine de minutes nous traversons tout ABC du nord au sud, croisant au passage un serpent bien vert qui fuit sous nos pas, un beau python endormi sur une branche, une tribu de macaques et les habituels varans....











Avant d'arriver à Tekek, dans le passage escarpé qui surplombe la mer on tombe sur Zul (ou plutôt Zul nous tombe dessus), un malaisien sympa qui vit justement à Juara, et qui arrondit ses fins de mois en faisant le taxi d’une côte de l’île à l’autre.
Alors on discute un peu le prix, puis on réserve sa voiture pour le retour de Juara en fin d'après-midi, ce qui nous évitera de chercher quand on y sera.
Pour l’heure, il propose de nous déposer en voiture au début du sentier, ce qui nous fait tout de même économiser une vingtaine de minutes de marche supplémentaire sans intérêt sur le bitume. On accepte bien volontiers, d’autant qu’il ne nous fait pas payer le “service plus”.
Nous partons alors pour 2 heures de marche dans la jungle.
La première partie est assez rude : le sentier est raide et accidenté, et nous progressons parfois grâce à des escaliers très irréguliers tourmentés par les racines.






Arbres - Tioman
Sublime verticalité des arbres de Tioman







Il fait chaud et moite, nous sommes entourés par les bruits de la jungle et dominés par les arbres magnifiques de cette épaisse forêt primaire.
A mi hauteur, nous longeons le lit d’une rivière. Un vrai bonheur : sans boire cette eau (principe de précaution), nous nous aspergeons pour diluer la sueur qui nous recouvre, et retrouver pendant quelques minutes une agréable sensation de fraîcheur.











Nous croisons quelques singes, écureuils et papillons. Le sentier est moins raide désormais, et la forêt paraît moins dense. Les arbres sont toujours aussi majestueux, leurs racines s’emmêlent et créent d’étranges réseaux organiques… presque vivants.






















Notre chemin rattrape finalement l’asphalte, cette unique route bétonnée qui découpe l’île d’est en ouest de ses virages serrés et dont la pente est parfois bien forte.
L’on croise régulièrement des locaux en scooters qui nous proposent leurs services de taxi : non merci. Avec le sourire.










Un sentier sur la droite : je laisse la petite famille se reposer au bord de la route et m’enfonce dans la forêt pour découvrir quelques centaines de mètres plus loin une petite cascade peuplée de papillons et de poissons tricolores.








Nous poursuivons la descente, la vue se dégage et nous apercevons au loin la forêt de palmiers qui frange la baie de Juara. La végétation est magnifique le long de la route : forêt de bambous, bananiers...














Et enfin, une heure environ après avoir quitté le sentier principal, nous parvenons à Juara vers 15h, sous un soleil de plomb….
La baie Juara est une très belle plage (2 grandes anses en réalité) bordée de cocotiers et de petits chalets en bois. L’ambiance au village est très zen.




















On longe la plage vers le sud pour passer devant Rainbow Chalets (mignons chalets multicolores) puis arrivons à Bushman Chalets. Terrasse sympa posée sur le sable, on se rafraîchit : jus de fruits, coca, eau fraîche.
Par curiosité, on demande à visiter un chalet  libre pour voir si les petites cabanes sont aussi sympa’ de l'intérieur que de l'extérieur. C'est le cas, jolie chambre, salle de bain assez grande et en super état, un petit ventilo, pour 80RM. ça donne clairement envie de revenir passer quelques nuits ici pour déconnecter. L'endroit est magnifique... quoique isolé du reste de l'île.


Rainbow chalets - Juara - Tioman
Rainbow chalets - Juara - Tioman








Bushman - Juara - Tioman
Bushman - Juara - Tioman



Les enfants et Audrey se posent à l'ombre d'un palmier pour quelques parties de cartes pendant que je vais nager.
Le snorkeling est nettement moins spectaculaire que les sorties précédentes, je ne vois pas grand chose, une belle seiche et quelques grandes patates de corail. La visibilité n'est pas très bonne, on sent que la mer est plus brassée de ce côté-ci de l’île (Juara est un spot de surf).
On fait un petit tour dans le village puis allons jusqu'au bout de la jetée pour embrasser une vue panoramique de la baie, avant de rejoindre Zul à notre point de rendez-vous vers 18h15.










Celui-ci nous dépose 25mn plus tard au pied des escaliers menant à ABC, et 10mn plus tard nous voilà assis au Sunset Café face au coucher de soleil, avec une bonne bière pour les grands et jus de fruit pour les moins grands.














Superbes couleurs rougeoyantes. Les couchers de soleil en mer sont vraiment exceptionnels...
On accompagne nos bières de quelques parts de pizza en guise d'apéro prolongé, on prend notre temps, et on admire...






On décide de compléter cette entrée en matière par un dîner plus substantiel au Nasri's place, mais la froideur de l'endroit nous fait fuir (immense terrasse sans âme éclairée aux néons, et pas un “bonsoir”). Donc nous retournons finalement au Nasri's place 2 (hijau restaurant), d'où nous avons bien failli partir sans manger tellement nous en avions marre d'attendre.  Même si la nourriture est bonne, 1h pour avoir nos plats (dont un tom yang  qu’Audrey gardera en tête, elle en a encore les lèvres en feu), c'est beaucoup, beaucoup trop long même pour des voyageurs pas pressés. Plusieurs autres clients s'impatientaient également...

On rentre préparer nos affaires pour le changement de chambre du lendemain : hélas pour la dernière nuit nos 2 cabanes (n°3 et 4) étaient prises, donc on migrera demain matin vers chalet familial n°1.
Une bonne douche et un gros dodo pour tout le monde, bercés par les vagues et les bruissements de la forêt alentours. Très belle journée, encore une fois. Ce sera vraiment dur de quitter cette île...


Revenir à la feuille de route ou passer au jour suivant
 Tioman - coucher de soleil